Global menu

Our global pages

Close

PPP in Africa: Pushing the Boundaries

  • Africa
  • Other

14-07-2014

Public Private Partnerships (PPP) have emerged as a strong platform to enable infrastructure development across the world. It was developed to fund social infrastructure in Western Europe in the 1990s and since then has continued to branch out both in terms of location and sector focus. In context, PPP allows for infrastructure development and the associated economic benefits in circumstances where public funding constraints exist. So, what is behind the success of PPP and what is the potential for its future use in Africa?

PPP structures can be used to fund the development and operation of new infrastructure over a long-term period. Rather than funding a project up-front, it allows a public body to arrange for the private sector to fund, construct and operate the new infrastructure. In return, the public authority makes committed payments to the private sector throughout the project term once services commence. It is perhaps one of the most acute displays of the transition to a service-centric global economy.

The label ‘PPP’ can be applied to a multitude of delivery structures. To structure a project most effectively, consideration must be given to what type of PPP should be used, before determining the most suitable risk allocation to reflect the priorities and preferences of the contracting parties. The selection of a structure depends on a number of variables, including (i) the level of involvement required from the private sector and (ii) required asset ownership during/after the project. Terms such as BOT, BOOT, DBFO, DBFOM, PFI and similar all represent a different combination of these variables.

Key infrastructure developments in Africa are now being increasingly procured using PPP, with recent examples that Eversheds has advised on including:

  • Egypt – the design, financing, construction and operation of a secondary treatment stage for the Abu Rawash Wastewater Treatment Plant, and the operation and maintenance of the existing primary treatment facilities with a capacity of 1.2 million m3/day;
     
  • Nigeria – the establishment of a US$30 million 100-bed referral hospital and primary gateway clinic in Calabar, to provide quality and efficient public health services in the area through a PPP; and
     
  • Sierra Leone – an agricultural and renewable energy project that will produce 90,000 m3 of ethanol per year, being the first bio fuels project to be successfully project financed on the African continent.

One of the perennial issues for PPP in emerging nations is how a long-term project that requires certainty can be implemented in an environment which, by its very nature, is striving for and will achieve change. Careful analysis of these risks will determine what structure and risk allocation should be pursued. PPPs have historically been used in countries where infrastructure is already developed, where this tension has already been minimised. However, recent examples of PPP in Africa have shown that PPP can underpin and thrive in an evolving environment; this has paved the way for its use on a wide variety of projects across the continent. PPP is playing an integral part in the development of a number of economies within Africa; with its foundations now firmly established, it is gaining significant momentum which can only see its importance to the continent increase.

PPP en Afrique – Pousser les frontières

Les partenariats publics privés (PPP) sont apparus comme un procédé efficace pour assurer le développement d’infrastructures à travers le monde. Ceux-ci ont été élaborés pour financer les infrastructures publiques en Europe de l’Ouest dans les années 90. Depuis, leur utilisation s’est étendue à d’autres secteurs et zones géographiques. Les PPP permettent le développement d’infrastructures mais apportent également des avantages économiques lorsque des contraintes de financement public existent.

Dès lors, quelles sont les bases du succès des PPP et quelles sont leurs potentielles futures utilisations en Afrique?

Les PPP peuvent être utilisés pour financer le développement et l’exploitation de nouvelles infrastructures sur de longues périodes. A la place d’un financement direct, ceux-ci permettent aux personnes publiques de faire financer, construire et exploiter les nouvelles infrastructures par le secteur privé. En contrepartie, la personne publique s’engage à payer une somme convenue pendant la durée du projet à partir de son entrée en service. C’est peut-être une des preuves les plus flagrantes de la transition vers une économie globale orientée vers les services.

Le label PPP peut être appliqué à une multitude de structures de prestation. Pour structurer un projet efficacement, une attention doit être portée au type de PPP qui doit être utilisé, avant de déterminer la répartition la plus efficiente des risques pour refléter les priorités et choix des parties contractantes. La sélection de la structure dépend de nombreuses variables, comprenant (i) le niveau d’engagement requis de la personne du secteur privé et (ii) les propriétés des actifs durant et après la réalisation du projet. Des termes tels que BOT, BOOT, DBFO, DBFOM, PFI notamment, représentent tous des combinaisons différentes de ces variables.

A l’heure actuelle, les principaux projets d’infrastructures en Afrique sont de plus en plus réalisés dans le cadre de PPP, ce que est reflété par des exemples récents de projets dans lesquels Eversheds est intervenu en tant que Conseil :

  • Egypte : la conception, le financement, la construction et le fonctionnement de la seconde phase de la Station de Traitement d’Eau d’Abu Rawash, et pour le fonctionnement et l’entretien des stations primaires d’une capacité de 1,2 million de m3/jour ;
     
  • Nigeria : la réalisation à Calabar d’un hôpital de 100 lits et d’une clinique de soins pour un montant de 30 millions USD, permettant d’offrir des services de santé publics efficaces et de qualité dans la région ;
     
  • Sierra Leone : un projet agricole et d’énergie renouvelable qui doit produire 90 000 m3 d’éthanol par an, devenant le premier projet de bio fuel à être financé sur le continent africain.

Un des problèmes récurrents en matière de PPP dans les pays émergents est de savoir comment un projet à long terme qui nécessite de la stabilité peut être réalisé dans un environnement qui, par nature, est instable et susceptible de changements. Une analyse attentive de ces risques permettra de déterminer le schéma de PPP le plus adapté et l’allocation des risques à adopter. Les PPP ont historiquement été utilisés dans des pays où les infrastructures étaient déjà développées et les tensions étaient minimes. Toutefois, de récents exemples en Afrique ont montrés que les PPP peuvent se développer et prospérer dans un environnement en évolution, ce qui a ouvert la voie à leur utilisation dans une variété importante de secteurs à travers le continent. Les PPP constituent une partie intégrante du développement de nombreuses économies en Afrique, grâce à ses solides fondations, et acquièrent un succès qui prend de plus en plus d’importance sur le continent.

For more information contact

< Go back

Print Friendly and PDF
Subscribe to e-briefings